Préparation et réaction aux situations d’urgence

Préparation et réaction aux situations d’urgence

L’Église conseille à ses membres, depuis de nombreuses années, de se préparer à faire face à l’adversité. La préparation, tant spirituelle que temporelle, peut dissiper la peur. Guidés par les dirigeants de l’Église, les membres, à titre individuel, et les familles doivent se préparer à être autonomes en cas de situation d’urgence personnelle ou généralisée.

Plan d’urgence familial

Les membres de l’Église sont invités à préparer un plan d’urgence simple. Ce plan peut comporter les éléments suivants :

  • Des réserves de nourriture de trois mois faisant partie de votre régime alimentaire quotidien.
  • De l’eau potable
  • Des économies
  • Des réserves à long terme de nourriture de base.
  • Des médicaments et une trousse de premiers secours
  • Des vêtements et du matériel de couchage.
  • Des documents importants.
  • Des moyens de communiquer avec la famille après un désastre.

Le nettoyage après sinistre et la sécurité des bénévoles de l’Église.

le nettoyage après sinistre

Suite à une catastrophe, les paroisses et les pieux peuvent s’organiser pour proposer des bénévoles qui viendront en aide à la collectivité. Ils se concentreront sur le nettoyage plutôt que sur la reconstruction. Tous les bénévoles doivent se conformer aux directives de sécurité de l’Église pour ce qui est du nettoyage en cas de catastrophe.

Communication en cas d’urgence

En cas d’urgence, les moyens de communication habituels peuvent être coupés. On tiendra compte des besoins en communication dans le plan de la paroisse et dans celui du pieu.

Plans d’urgence de la paroisse et du pieu

plan d’urgence

Les pieux et les paroisses doivent avoir un plan en cas d’urgence. Il doit être préparé par le comité d’entraide de la paroisse et celui du pieu sous la direction de l’évêque ou du président de pieu. Ce plan doit être mis à jour périodiquement.

  • Directives pour les plans d’urgence de la paroisse et du pieu

Les églises comme abris d’urgence

Après une catastrophe, il peut arriver que l’on ait besoin d’utiliser une église comme abri d’urgence pour la localité. C’est le président de pieu qui accorde la permission d’utiliser les locaux de l’Église après consultation du membre de la présidence des soixante-dix ou de la présidence de l’interrégion. Une fois l’approbation obtenue, le dirigeant de la prêtrise prend contact avec le responsable des biens immeubles (RBI).