Jeûne et offrandes de jeûne

« Tes actions parlent pour toi ; un jour tu seras avec moi » (cantiques, n° 17).


 

 

Le Sauveur Jésus-Christ a enseigné que nous devons aimer notre prochain comme nous-mêmes. Quand nous faisons des sacrifices et servons les autres comme le Sauveur l’a fait, les gens qui rendent service et ceux qui le reçoivent obtiennent en bénédiction la compassion, l’empathie et l’amour qui mènent à l’exaltation et à la vie éternelle.

Dean M. Davies, deuxième conseiller dans l’Épiscopat président, a enseigné que « Prendre soin des pauvres et des nécessiteux est un point de doctrine fondamental de l’Évangile et un élément essentiel du plan éternel du salut » (« La loi du jeûne : Une responsabilité personnelle de s’occuper des pauvres et des nécessiteux », conférence générale d’octobre 2014).

Les Écritures parlent abondamment du commandement de servir les autres.

« Il y aura toujours des indigents dans le pays ; c'est pourquoi je te donne ce commandement : Tu ouvriras ta main à ton frère, au pauvre et à l’indigent dans ton pays » (Deutéronome 15:11).

Le jeûne et les offrandes de jeûne sont une façon de s’occuper des pauvres et des nécessiteux.

« Le Seigneur a instauré la loi du jeûne et des offrandes de jeûne pour bénir son peuple et lui permettre d’aider les personnes dans le besoin » (voir Ésaïe 58:6-12 ; Malachie 3:8-12). Il est demandé aux membres, quand ils jeûnent, de remettre à l’Église une offrande de jeûne dont la valeur soit au moins égale à celle de la nourriture qu’ils auraient mangée. Ils doivent si possible être généreux et donner plus. Les bénédictions qui découlent de la loi du jeûne sont, entre autres, une proximité avec le Seigneur, une force spirituelle accrue, un bien-être temporel, une plus grande compassion et un plus grand désir de servir » (Manuel 2, 6.1.2).

 

Qu’est-ce que le jeûne ?

Le jeûne est un commandement du Seigneur où nous nous humilions devant lui en nous abstenant volontairement de manger et de boire (voir D&A 88:76).

Aujourd’hui, dans l’Église, un jour de sabbat chaque mois est réservé au jeûne. Les membres de l’Église s’abstiennent de nourriture et de boisson pendant deux repas consécutifs sur une période de vingt-quatre heures et font ensuite don de l’argent qui aurait été dépensé pour la nourriture aux personnes dans le besoin (voir Alma 34:28).

Le jeûne a été pratiqué par les prophètes de Dieu et les membres de son Église depuis les temps anciens. À l’époque de l’Ancien Testament, Moïse et Élie ont jeûné (voir Exode 34:28 ; 1 Rois 19:8). Pour les Israélites, le jeûne était souvent utilisé en certaines occasions ou pour obtenir l’aide divine. À l’époque du Nouveau Testament, Jésus-Christ a jeûné quarante jours et quarante nuits pour se préparer à son ministère (voir Matthieu 4:1-4). Il a enseigné à ses disciples le pouvoir et l’importance du jeûne. Ce commandement de jeûner est toujours en vigueur à notre époque. 

 

Comment faire de mon jeûne une offrande acceptable pour le Seigneur ?

Joseph B. Wirthlin a enseigné : « Sans la prière, le jeûne n’est pas complet, c’est simplement avoir faim. Si nous voulons que notre jeûne soit plus que simplement avoir faim, nous devons élever notre cœur, notre esprit et notre voix en communion avec notre Père céleste. Associé à la prière fervente, le jeûne, est puissant. Il peut nous remplir l’esprit des révélations de l’Esprit. Il peut nous fortifier pour les périodes de tentations. » (« La loi du jeûne », conférence générale d’avril 2001). 

L. Tom Perry a dit : « Plus je vis, et plus je suis impressionné par le système du Seigneur pour prendre soin des pauvres et des affligés. Sûrement aucun homme ne penserait à un système si simple, mais si profond, pour satisfaire aux besoins humains, c’est-à-dire pour grandir tant spirituellement que temporellement : faire un jeûne périodique et ensuite donner à l’évêque le total économisé en s'abstenant des repas, afin qu’il soit administré pour les besoins des pauvres, des malades et des affligés qui ont besoin d’aide et de soutien pour vivre. » (« La loi du jeûne », conférence générale d’avril 1986).

Apprendre davantage grâce aux Écritures : Omni 1:26 ; D&A 59:12-16 ; Alma 17:3

 

Comment puis-je profiter au mieux du privilège de jeûner ?

Le jeûne peut être une expérience plus spirituelle et nous rapprocher davantage de Dieu. Réfléchissez aux points suivants : 

• Commencer et terminer son jeûne par une prière.

• Jeûner en ayant un but (voir Matthieu 17:18-21 ; Mosiah 27:22-23 ; Alma 5:45-46 ; 28:4-6 ; Hélaman 3:35).

• Jeûner avec un visage heureux (voir Matthieu 6:1-4, 16-18 ; 3 Néphi 13:16-18).

• Encourager les membres de sa famille à jeûner, en suivant toujours les sages conseils de Joseph F. Smith :

« Beaucoup sont sujets à la faiblesse, certains ont une santé fragile et d’autres allaitent un bébé ; de ces personnes, il n’est pas requis qu’elles jeûnent. Les parents ne doivent pas non plus obliger leurs petits enfants à jeûner » (Gospel Doctrine, p. 244).

Le président Smith nous recommande aussi de faire preuve de sagesse dans notre jeûne. Il a dit : « Il est possible d’en faire trop. Un homme peut jeûner et prier jusqu’à en mourir ; et cela n’est pas nécessaire ; et cela n’est pas sage. […] Le Seigneur peut aussi entendre une prière simple, faite avec foi, en quelques mots, et il peut accepter un jeûne qui ne va pas au-delà de vingt-quatre heures, et il y répondra tout autant qu’à une prière de mille mots et à un jeûne d’un mois. [...] Le Seigneur acceptera ce qui est assez, avec beaucoup plus de plaisir et de satisfaction que ce qui est trop et inutile. » (dans Conference Report, octobre 1912, p. 133-134).

• Assister à la réunion de jeûne et de témoignage en famille (voir Alma 6:6 ; Moroni 6:5).

• Jeûner à des fins spéciales à d’autres moments que le jour du dimanche de jeûne (voir Mosiah 27:22).

• Payer une offrande de jeûne généreuse, recommander également à ses enfants de contribuer aux offrandes de jeûne (voir D&A 104:14-18).

• Enseigner à sa famille à faire des offrandes de bon cœur et avec joie (voir 2 Corinthiens 9:6-7 ; 3 Néphi 13:16-18 ; Moroni 7:6-8).

 

Quelles bénédictions découlent du respect de la loi du jeûne ?

L. Tom Perry a enseigné : « La loi du jeûne a trois grands buts. Premièrement, elle apporte de l’aide à ceux qui sont dans le besoin par la contribution des dons de jeûne, qui consiste en la valeur des repas dont nous nous abstenons. Deuxièmement, un jeûne nous fait du bien physiquement. Troisièmement, il augmente l’humilité et la spiritualité individuelle de chaque personne. » (« La loi du jeûne », Conférence générale d’avril 1986).

« Quand les pauvres ont faim, que ceux qui ne sont pas dans le besoin jeûnent un jour et donnent à l’évêque, pour les pauvres, ce qu’ils auraient mangé, et tout le monde sera dans l’abondance pendant longtemps. [...] Et tant que les saints respecteront tous ce principe avec un cœur et le visage joyeux, ils seront toujours en abondance. » (History of the Church, 7:413 ; voir aussi Joseph B. Wirthlin, « La loi du jeûne », conférence générale d’avril 2001).

« Donnez généreusement pour pouvoir vous-mêmes progresser. Ne donnez pas seulement pour en faire bénéficier les pauvres, mais donnez aussi pour votre bien-être personnel. Donnez assez pour faire don de vous-même dans le royaume de Dieu par la consécration de vos moyens et de votre temps. Si vous voulez les bénédictions des cieux, payez honnêtement la dîme et faites un don de jeûne généreux. Je promets à vous tous qui le ferez que vous accroîtrez votre prospérité, spirituellement et temporellement. Le Seigneur vous récompensera selon vos actions » (Marion G. Romney, réunion agricole de l’entraide, 30 septembre 1967 ; voir aussi Marion G. Romney, « Les bénédictions du jeûne », juillet 1982).

Apprendre davantage grâce aux Écritures : Ésaïe 58:6-12 ; Malachie 3:10 ; Alma 17:1-3

 

Comment les offrandes de jeûne sont-elles gérées ?

Frère Wirthlin a enseigné : « Les offrandes de jeûne sont utilisées dans un seul but : aider les nécessiteux. Tout l’argent remis à l’évêque sous forme d’offrande de jeûne sert à aider les pauvres. » (conférence générale d’avril 2001).

L’évêque de la paroisse est appelé par le Seigneur à administrer toutes les choses temporelles, y compris la répartition des fonds des offrandes de jeûne (voir D&A 107:68). Accordée avec le pouvoir du discernement, l’évêque détermine qui doit recevoir l’aide temporelle et comment elle doit être donnée. Avec une compréhension sincère de cette responsabilité sacrée, l’évêque est guidé par les principes de base de l’entraide. Ces principes comprennent entre autres : conseiller dans l’amour et la compassion ; encourager l’autonomie ; fortifier les membres pour qu’ils deviennent autonomes tant spirituellement que temporellement ; subvenir aux besoins temporaires ; fournir les biens et services nécessaires pour subvenir au mode de vie commun à la plupart des membres de la paroisse et donner [au bénéficiaire de l’aide reçue des occasions de travailler], selon sa capacité.

Le président Hinckley a enseigné : « Nous espérons que par le versement d’offrandes de jeûne généreuses il y aura plus que nécessaire pour répondre aux besoins des défavorisés. Si tous les membres de cette Église observaient le jeûne et y participaient généreusement, les pauvres et les nécessiteux, non seulement de l’Église, mais de nombreux autres également, seraient bénis et recevraient ce dont ils ont besoin. Chaque donateur [serait] béni physiquement et spirituellement, les affamés [seraient] nourris et les nus [seraient] habillés selon leurs besoins. » (Voir « S’élever à une plus grande vision de l’œuvre », conférence générale d’avril 1990).

Pour plus d’informations sur l’administration des offrandes de jeûne, les évêques peuvent consulter le Manuel 1, 5.2.4.

 

Comment contribuer au fonds d’offrandes de jeûne ?

Les offrandes de jeûne peuvent être faites en remplissant une feuille de dons et en la donnant aux membres de l’épiscopat. Lorsque les conditions le permettent, les détenteurs de la Prêtrise d’Aaron peuvent, sous la direction de l’évêque, aller collecter les offrandes de jeûne dans les foyers des membres chaque mois. On peut aussi demander aux détenteurs de la Prêtrise de Melchisédek de les aider.

Il n’y a aucune somme fixée pour les offrandes de jeûne. En donnant généreusement à ce fonds, vous serez bénis spirituellement et temporellement pour votre désir d’aider autrui (voir Dons et Offrandes de jeûne, 2007, p. 1-14).

 

Comment est-ce que j’instruis mes enfants au sujet des offrandes de jeûne ?

Lorsque vous instruisez des enfants au sujet des offrandes de jeûne, vous pourriez étudier Matthieu 25:35-40 pour illustrer l’importance de prendre soin des pauvres et des nécessiteux. Expliquez que, quand ils donnent leurs offrandes de jeûne à l’évêque, ces fonds sont utilisés pour aider les membres malades et les nécessiteux de votre paroisse ou branche. Si votre enfant est déjà conscient des besoins, par exemple un membre qui est malade ou une famille qui a des difficultés au travail, vous pouvez utiliser cela comme exemple de ce que ses offrandes permettraient de faire. Demandez à vos enfants de réfléchir à la façon dont ils peuvent contribuer au fonds d’offrandes de jeûne. Lire davantage ici.

Références d’Écritures

 

Documentation d’étude supplémentaire