Photographe Spotlight

Jamie D. Johnson, Arizona

Qu’est-ce qui vous a intéressé en premier dans la photographie ?

Mon intérêt pour la photographie a commencé quand j’étais l’éditeur de l’annuaire en secondaire. À l’époque, la plus grande partie de mon travail consistait à photographier des sujets précis en rapport avec les activités de l’école. Ma passion pour la photographie en plein air a commencé alors que j’accomplissais ma mission au Chili. J’ai appris à apprécier les beautés du monde et les créations de Dieu.

Depuis combien de temps êtes-vous photographe ?

Cela a représenté la plus grande partie de mon activité depuis dix ans. J’ai commencé à m’intéresser à la photographie pendant mes études secondaires, mais je n’ai vraiment découvert mon talent que plus tard dans la vie.

Quelle est votre spécialité ?

Mon travail se fait principalement à l’extérieur. Cela offre la possibilité d’être proche des créations de Dieu et de travailler avec un éclairage naturel.

Comment en êtes-vous arrivé à envoyer vos photos à l’Église?

Ma femme a lu un article dans le Mormon Timesque l’Église recherchait des membres disposés à envoyer des photos pour être utilisées par l’Église et par ses membres. Elle m’a encouragé à présenter certains de mes travaux. J’ai accepté son défi et je me suis mis en devoir de soumettre les photos de sites historiques de l’Église, des temples, des lieux de culte historiques que nous avions visités.

Comment choisissez-vous et comment photographiez-vous ?

Mon matériel photo me suit partout. Chaque vacance en famille se termine par la séance photo d’un temple ou d’autres sites de l’Église.

Pensez-vous que vous pouvez utiliser la photographie pour édifier le royaume ou faire connaitre l’Évangile ?

Chacun de nous a reçu des talents. Il m’a fallu quelques années pour découvrir mon talent pour la photographie. Le Seigneur m’a béni par mon talent. C’est à moi de décider de ce que j’en fais. J’ai montré un collage de photos de papillons à des amis. Comme photo centrale, j’avais utilisé une photo de la canopée recouvrant les arbres du bois sacré. Les amis ont été impressionnés par les photos de papillons. Cependant, il y a eu plus de commentaires quant à ce qu’ils avaient ressenti pendant qu’ils contemplaient la photo du Bosquet sacré. Il ne fait aucun doute que l’on peut témoigner par la parole, le chant, et la photographie. En regardant mon travail, j’espère qu’on voit la beauté des créations de Dieu, que l’on ressent l’Esprit et la lumière qui émanent du temple lorsqu’on le contemple.

Qu’est-ce que vous inspire la photographie ?

Il ya des années, j’ai eu l’occasion de dîner avec un photographe à la pige pour National Geographic. Il m’a fait connaitre une astuce : considérer la perspective et regarder la lumière. La recherche de la lumière m’inspire. La façon dont la lumière repose sur un sujet peut transformer une photo ordinaire en un chef-d’œuvre. Sans lumière, il n’y aurait rien à photographier. Quand la lumière repose sur lui, le sujet rayonne à son plein potentiel. Nous rayonnons également à titre individuel lorsque nous laissons, notre Sauveur, l’auteur de toute lumière, se poser sur nous. C’est à ce moment que nous donnons notre plein potentiel et qu’il fait de nous un chef-d’œuvre entre ses mains.

Qu’est-ce qui est le plus gratifiant en photographie ?

Voir la joie, la paix et le bonheur chez une personne qui regarde mon travail, en sachant que l’Esprit lui témoigne de la beauté des créations divines.

Quel moment ou quel souvenir retenez-vous de votre travail de photographe ?

En 2007, nous étions en famille à Palmyra, dans le comté de New York. Nous étions assis dans la salle haute de la maison en rondins de Joseph Smith et nous lisions son histoire, quand ma femme a attiré notre attention que ce jour-même, le 22 septembre, 2007, était le 180e anniversaire où Joseph avait reçu les plaques. Comme ce matin, nous étions les seuls visiteurs, le guide nous a permis de sortir par l’arrière de la maison pour prendre le chemin que le jeune Joseph a dû suivre pour aller dans le Bosquet sacré. Plus tard, nous sommes montés sur la colline Cumorah.

Quel est votre endroit préféré pour faire des photos ?

Tous les temples au moment où le soleil se lève.

Quels conseils donneriez-vous aux photographes débutants ?

Ne cachez jamais votre talent. Plus vous partagerez votre talent, plus vous serez bénis, et votre talent se développera au-delà de vos rêves.

Dans quelle mesure faites-vous des modifications sur vos photos ?

Je ne fais aucune modification sur les photographies faites en plein air. Je pense que la lumière naturelle et le sujet doivent être conservés tel que l’œil les voit. Évidemment, j’enlève quelques rides et quelques imperfections quand il s’agit de portraits.