fermer
Sauter le menu général
Menu Jeunes

Comment te définir

Dallin H. Oaks du Collège des douze apôtres

N’oublie pas que tu es un fils ou une fille de parents célestes et qu’en vertu de cette filiation, tu cherches à te qualifier pour ton héritage éternel.

Faites attention à la manière dont vous vous caractérisez. Ne vous caractérisez pas, ne vous définissez pas par une qualité temporaire. La seule et unique qualité qui devrait nous caractériser est celle que nous sommes un fils ou une fille de Dieu. Ce fait transcende toutes les autres caractéristiques, y compris la race, le métier, les caractéristiques physiques, les honneurs et même l’affiliation religieuse

Pourtant il y en a parmi nous qui choisissent de se définir par une autre caractéristique. Ils peuvent se qualifier de « patriote », de supporter de l’équipe des « Cardinal », de texan, de roux ou rousse, d’excellent joueur de basket-ball ou de « bon à rien ».

Nous avons notre libre arbitre et nous pouvons choisir la caractéristique que nous voulons pour nous définir. Mais nous devons savoir que, quand nous choisissons de nous définir ou de nous présenter selon des critères éphémères et sans importance en termes d’éternité, nous minimisons ce qui est le plus important en nous, et nous donnons trop d’importance à ce qui n’en a pas vraiment. Cela peut nous conduire sur la mauvaise voie et entraver notre progression éternelle.

Par exemple, une personne qui se voit comme un « bon à rien », aura tendance à mettre l’accent sur les aspects négatifs de son comportement et à inciter les autres à faire de même. Les conséquences pourraient être vraiment différentes si cette personne et les autres considéraient le fait d’être un « bon à rien » comme une simple tendance momentanée pouvant être corrigée par l’obtention d’un diplôme, d’un emploi ou de la vie éternelle. N’oublie pas que tu es un fils ou une fille de parents célestes et qu’en vertu de cette filiation, tu cherches à te qualifier pour ton héritage éternel.

Comme exemple positif d’auto-définition, je citerais notre fille, Jenny Oaks Baker. En tant que violoniste reconnue à travers le pays, elle pourrait facilement s’identifier et se considérer comme étant une grande violoniste qui s’avère également être la mère de trois filles et d’un garçon. Je suis content qu’elle ne le fasse pas. Au lieu de cela, elle se considère comme une mère qui s’avère être également une violoniste et elle définit ses priorités de cette façon.

Comment avez-vous mis ce conseil en pratique ?

« Je suis né avec une fente labiale et palatine. À cause de cela, j’ai eu quelques difficultés à me faire des amis et certaines personnes se moquent de la façon dont je parle. Mais je n’ai pas laissé ce trait de mon physique définir qui je suis. Je pourrais m’en plaindre ou blâmer ce handicap pour tout ce qui m’arrive de négatif, mais je ne le fais pas. Je ne me laisse pas atteindre par ce que les autres pensent ou disent car je sais que je suis enfant de Dieu et qu’il m’aime. Je ne laisse pas les autres décider qui je suis ; je décide qui je suis grâce à ce que je sais » !

Rachel W., quinze ans. Arizona (États-Unis)

Racontez vos expériences

Qu’as-tu fait pour suivre les conseils de frère Oaks ? Clique sur Raconte ton expérience ci-dessous.

Erreur lors de l’envoi du formulaire. Veillez à ce que tous les champs soient remplis correctement et réessayez.

 
1000 caractères restants

Cette vie

ou Annuler