Sauter le menu général
Menu Jeunes

Comment ne plus jamais avoir de classe de l’Église ennuyeuse

Ted Barnes Church Curriculum Editor

Apprenez votre rôle essentiel dans la nouvelle méthode d’apprentissage du dimanche.

Pensez à la dernière fois où vous avez été dans une classe de l’église, et où vous avez eu une si belle expérience spirituelle que vous ne vouliez pas qu’elle prenne fin. J’espère que vous n’avez pas à remonter trop loin en arrière. Qu’est-ce qui a fait que le cours était si bien ? Qu’a fait « votre instructeur ? Mieux encore, qu’avez-vous fait ?

« Un jour un homme a demandé au président Kimball : ‘Que faites-vous lorsque vous vous trouvez dans une réunion de Sainte-Cène ennuyeuse ?’ Sa réponse a été un peu surprenante : « Je ne sais pas. Je n’ai jamais été dans une classe ennuyeuse » (voir Donald L. Hallstrom, « Convertis à son Évangile par son Église », Le Liahona, mai 2012, p. 15). 

Peut-être que le président Kimball n’avait jamais été dans votre paroisse, ou peut-être qu’il voyait l’assistance à l’église un peu différemment. Peut-être qu’il s’y préparait différemment, y participait de façon différente et vivait différemment en raison de ses expériences.

Pourquoi allez-vous à l’église ?

Les gens vont à l’église pour différentes raisons, mais si nous y allons pour nous amuser, il est probable que nous serons déçus. Même y aller pour acquérir de nouvelles connaissances n’est peut-être pas la meilleure raison.

Dallin H. Oaks, du Collège des douze apôtres, a dit que notre but ultime est « plus que l’acquisition de connaissances. » Il a ajouté : « Il n’est pas suffisant que nous soyons convaincus de l’Évangile ; nous devons agir et penser de manière à y être convertis Contrairement aux institutions du monde, qui nous enseignent à savoir quelque chose, l’Évangile de Jésus-Christ nous incite à devenir quelque chose » (Ce que nous devons devenir, Le Liahona, janvier 2001, p. 32). 

Le but de l’Évangile est de nous changer, de changer non seulement nos points de vue et nos pensées mais aussi nos actions et notre cœur. Peut-être que, pour certains d’entre nous, la conversion peut se produire en un instant spectaculaire dans une classe d’École du Dimanche. Mais, pour la plupart d’entre nous, ce qui arrive à l’église n’est qu’une étape sur le long chemin de la conversion qui prend toute leur vie. Ce que vous faites avant et après les cours peuvent être tout aussi important.

Comme un feu brûle

Réfléchissez aux étapes que vous suivez quand vous voulez allumer un feu de camp. Vous rassemblez probablement beaucoup de petit bois sec qui s’embrasera facilement. Puis, après que le petit bois est allumé, vous alimentez votre feu avec de plus gros morceaux de bois. Et si vous voulez que votre feu dure longtemps, vous continuez de le surveiller et vous ajoutez des bûches quand c’est nécessaire.

Nos expériences à l’église ne peuvent produire la flamme de la conversion que si nous y venons préparés, si nous sommes dans une condition spirituelle qui permette de recevoir l’étincelle et de la garder vive en nous.

Spirituellement parlant, nos expériences à l’église ne peuvent produire la flamme de la conversion que si nous y venons préparés, si nous sommes dans une condition spirituelle qui permette de recevoir l’étincelle et de la garder vive en nous.

Et ce feu ne continuera de brûler que si nous continuons de l’alimenter, en recherchant une compréhension plus profonde dans notre étude personnelle des Écritures, en communiquant aux autres ce que nous apprenons, et en nous repentant et nous efforçant de vivre l’Évangile plus pleinement.

Une affaire personnelle

N’oubliez pas que le but de l’étude de l’Évangile est de nous convertir, de nous changer, de nous rendre plus semblable au Sauveur. Cela ne se produit que si nous faisons le lien entre l’Évangile et notre vie personnelle. Donc, en classe, racontez vos expériences et posez des questions. Demandez-vous pourquoi l’Évangile est important pour vous.

Par exemple, quand vous apprenez que nous avons tous vécu en tant qu’enfants d’esprit de notre Père céleste avant de venir sur terre, qu’est-ce que cela change dans votre vie ? Comment cela affecte-t-il la façon dont vous vous voyez ? Ou dont vous voyez les autres ? Comment cela change-t-il la façon dont vous considérez vos épreuves ? Comment est-ce que cela influence les choix que vous faites ?

Si vous vous posez des questions telles que celles-ci, la classe d’École du Dimanche peut devenir une expérience qui change votre vie.

Trouvez les joyaux

Vous est-il arrivé de trouver quelque chose de puissant dans les Écritures ou les paroles des prophètes vivants, pas quelque chose que quelqu’un d’autre a trouvé pour vous, mais quelque chose que vous avez découvert par vous-même ? Peut-être avez-vous lu un verset du Livre de Mormon qui semblait décrire votre situation à la maison ou à l’école. Ou peut-être avez-vous entendu le président Monson dire quelque chose qui semblait s’adresser directement à vous. Voilà le genre d’expériences que vous pouvez avoir dans les classes de l’Église, si vous recherchez, si vous venez avec le bon état d’esprit et la bonne attitude.

N’oubliez pas que le but de l’étude de l’Évangile est de nous convertir, de nous changer, de nous rendre plus semblable au Sauveur. Cela ne se produit que si nous faisons le lien entre l’Évangile et notre vie personnelle.

Lorsqu’on vous demande de lire un passage en classe, ne vous contentez pas de le lire ; explorez-le ! Il y a des joyaux dans toute la parole de Dieu ; trouvez-les ! Et lorsque vous en trouvez, parlez-en à la classe. Expliquez pourquoi ils sont importants pour vous. Décrivez la différence qu’ils font dans votre vie. Vous pouvez, qui sait, inciter ainsi les autres à explorer eux aussi.

Prolongez l’expérience

Nous ne sommes à l’église que quelques heures par semaine. Si c’est toute la nourriture spirituelle que nous recevons, alors nous allons être spirituellement mal nourris. Alors, une fois que vous avez refermé vos Écritures, avez fait une prière de clôture et empilé votre chaises, continuez à méditer et à explorer les choses dont vous avez parlé en classe. Faites-en l’objet de votre étude personnelle des Écritures. Cherchez des réponses aux questions que vous avez.

Suivez l’exemple de Joseph Smith. Après avoir lu un passage d’Écriture qui l’avait profondément impressionné, il n’a pas laissé les mots sur la page. Il y a réfléchi encore et encore. Il s’est vu dans ces paroles. Et ensuite, il a fait ce qu’elles lui disaient de faire. Voir Joseph Smith, Histoire 1:11-12. Comme le monde serait différent aujourd’hui si l’expérience de Joseph avec Jacques 1:5 avait pris fin quand il a fermé sa Bible !

Élèves qui agissent

Voyez-vous que la qualité de vos expériences d’apprentissage de l’Évangile dépend autant de vous que de vos instructeurs ? Voyez-vous qu’elle dépend autant de ce que vous faites en dehors de la classe que de ce que vous faites en classe ?

David A. Bednar, du Collège des douze apôtres, a récemment enseigné : « Les jeunes doivent de plus en plus être des élèves qui agissent … et pas simplement des étudiants passifs que l’on meut » (voir « Le cœur des enfants se tournera », Le Liahona, novembre 2011, p. 27). 

Il est possible de ne plus jamais avoir de classe de l’église ennuyeuse. C’est un choix que vous faites d’arriver en classe préparé spirituellement, de participer activement à la découverte des vérités de l’Évangile par vous-même et d’intégrer ces vérités à votre vie.

Pour en savoir davantage, regardez ces vidéos, écoutez des jeunes qui ont donné plus de sens à leurs expériences d’apprentissage de l’Évangile.

Erreur lors de l’envoi du formulaire. Veillez à ce que tous les champs soient remplis correctement et réessayez.

 
1000 caractères restants

ou Annuler