Sauter le menu général
Menu Jeunes

Recette pour avoir un foyer heureux

Paul VanDenBerghe

Le temps passé ensemble, l’Évangile et les rires en famille, voilà les ingrédients que cette famille suédoise mélange pour parvenir à un niveau d’amour satisfaisant.

Vous vous réveillez au son d’une drôle de voix de fausset aiguë qui vient de la cuisine. Bien sûr, vous n’y comprenez rien et vous pensez certainement à l’une des deux choses suivantes : (1) « C’est ma petite sœur qui cherche des gâteaux dans la cuisine » ou (2) « Je ne suis pas dans la bonne maison ». Mais s’il se trouve que vous êtes membre de la famille Ronndahl, à Kavlinge, en Suède, vous n’êtes pas du tout surpris. En fait, chaque semaine, vous attendez ce moment avec impatience (pas le chant mais ce que la famille appelle le « petit-déjeuner d’hôtel »).

« Lorsqu’on lui demande ce qu’elle aime le plus dans sa famille, Isabelle Ronndahl, quatorze ans, répond : « J’aime le petit-déjeuner du samedi matin ». « C’est toujours Papa qui le prépare et il est toujours excellent ». En chœur, les autres enfants de la famille répondent un oui chaleureux et acquiescent tous avec enthousiasme.

Andreas, seize ans, explique : « Nous nous réveillons lorsque Papa chante ». Quelques frères et sœurs se portent volontaires pour faire des imitations et tout le monde rit, y compris les parents, Brynolf et Kristina. Les éclats de rire sont nombreux chez les Ronndahl. Ils décrivent ensuite comment, chaque samedi matin, après le chant, l’odeur du bacon et des œufs à la poêle tire les membres de la famille de leur lit. Encore plus que la nourriture, ils semblent apprécier le simple fait d’être ensemble.

Ils parlent aussi d’un autre ingrédient de leur recette du bonheur au foyer : la soirée familiale.Mais cela n’a pas toujours été le cas. Jetant un regard taquin en direction de sa mère, Christoffer, dix-huit ans, raconte : « Je me souviens lorsque nos soirées familiales étaient principalement de très longues leçons. »

Andréas, qui n’avait que cinq ans à l’époque, ajoute : « Parfois, je m’ennuyais et je m’endormais. Mais quand je me réveillais, il y avait les rafraîchissements. »

Frère Ronndahl explique que lorsque les enfants étaient très jeunes, sa femme préparait régulièrement des leçons qui duraient plus d’une heure. Les jeunes enfants avaient du mal à rester assis pendant toute la leçon. Maintenant, les Ronndahl ont huit enfants, âgés de huit à vingt-trois ans. L’aînée, Rebecka, a fait une mission à plein temps et fait à présent ses études aux États-Unis.

Frère et sœur Ronndahl ont décidé de changer de méthode pour la soirée familiale. Sœur Ronndahl raconte : « Nous avons réuni la famille et avons demandé : ‘Alors, qu’est-ce que vous aimez faire ?’ » dit sœur Ronndahl. Les parents n’ont pas été trop surpris d’apprendre que les enfants aimaient la nourriture, les jeux et les cantiques. Ils aimaient même l’idée d’avoir une leçon, à condition qu’elle soit plus courte. Frère Ronndahl fait un bon résumé lorsqu’il dit que les bons ingrédients étaient là mais peut-être pas dans les bonnes quantités. Il ajoute : « Nous avons découvert que nous devions également mettre l’accent sur le côté amusant des choses. »

Sœur Ronndahl a décidé de faire un dîner encore meilleur pour que le lundi commence comme une soirée spéciale. Puis, pour la soirée familiale, ils ont ajouté une bonne dose de jeux et de chants. Ils ont aussi réduit les leçons à une dizaine de minutes. Ce mélange fonctionnait bien. Kristina explique : « Les enfants ont commencé à attendre le lundi soir avec impatience. Tout le monde l’aimait. »

Maintenant que les enfants sont plus grands, les leçons se sont rallongées et approfondies. Rosanna, vingt ans, affirme : « En fait, maintenant, nous pouvons faire de très bonnes leçons. Nous aimons parler de l’Évangile et d’autres choses. C’est amusant parce que nous avons beaucoup d’opinions et d’idées différentes. Maintenant, c’est plus intéressant parce que nous parlons de sujets que nous voulons aborder ». La musique, les jeux et les rafraîchissements font toujours partie de la recette.

Josefin, douze ans, précise : « Ce que je préfère, ce sont les rafraîchissements et les jeux ».

« Les rafraîchissements et les jeux, bien sûr », reprend Christoffer.

« Rosanna affirme : « Je pense que le mieux, ce sont les chants et la musique ».

« Les leçons », interrompt doucement Isabelle. Ses frères et sœurs se mettent immédiatement à la taquiner gentiment. « Si, c’est vrai », poursuit-elle sérieusement.

Andreas explique : « Je pense que ce que je préfère, c’est toute la soirée familiale. La leçon, les chants, les jeux, les rafraîchissements, tout ça rend la soirée très amusante. Si nous avions une soirée familiale sans leçon, sans jeu ou sans chant, nous aurions l’impression qu’il manque quelque chose. »

Sœur Ronndahl affirme : « J’aime beaucoup quand Brynolf et moi n’avons rien à faire pour la soirée familiale. Nous pouvons rester à l’écart et les enfants dirigent. Ils font la leçon et s’occupent des rafraîchissements. Ils font tout. C’est ce que je préfère. »

Un autre ingrédient important de la recette des Ronndahl pour avoir un foyer heureux est le conseil de famille qu’ils tiennent tous les dimanches après l’église. Ils revoient ce que chaque personne doit faire pour la prochaine soirée familiale. Puisqu’ils font un roulement, tout le monde a la possibilité de faire toutes les tâches : de la leçon à l’Écriture, en passant par les rafraîchissements. Ils parlent aussi de leurs tâches ménagères régulières et de la situation de chaque membre de la famille.

Cependant, ils ne sont pas ensemble que le dimanche et le lundi. Samuel, dix ans, et Johannes, huit ans, les derniers de la famille, s’accordent à dire qu’ils aiment les sorties amusantes et les pique-niques que fait toute la famille. Leur père confirme : « Nous aimons tous aller nous baigner, où que ce soit : dans un lac, dans la mer, dans une rivière », dit frère Ronndahl. Ils se réunissent également souvent pour chanter et former un groupe de musique puisque presque tous jouent d’un ou de plusieurs instruments.

Grâce à tout le temps qu’ils passent ensemble, les Ronndahl sont devenus très amis, en plus d’être une famille. Ils s’aiment et se serrent les coudes. Ils se renforcent mutuellement. C’est sûrement pour cela qu’ils aiment passer tant de temps ensemble.

Et tout en se fortifiant mutuellement, les membres de la famille Ronndahl fortifient également leur paroisse et leur pieu. Frère Ronndahl explique : « Nous allons à toutes les activités du pieu et à toutes les sorties et les conférences pour les jeunes. Nous incitons nos enfants à participer à tout ce qui se passe dans le pieu et dans la paroisse. Les paroisses ne sont pas très grandes ici, alors nous avons beaucoup d’activités de pieu pour que les jeunes soient ensemble le plus possible ». Les plus grands enfants vont également au séminaire. Par moments, leurs deux parents ont été instructeurs du séminaire. Bien sûr, ils sont aussi actifs dans leurs classes et leur collège, à l’église.

Mélangés avec soin, ces ingrédients aident cette famille à si bien s’entendre. Parents comme enfants, du plus jeune au plus âgé, ils aiment tous être ensemble parce qu’ils s’aiment tous. Il y a beaucoup de choses qu’ils aiment faire ensemble : de la baignade dans la mer au jeu du chef d’orchestre aux yeux bandés, lors de la soirée familiale. Sœur Ronndahl ajoute : « L’une des choses que je préfère dans notre famille, c’est la musique. Nous sommes une famille de musiciens. Nous aimons beaucoup chanter ».

En effet, les Ronndahl aiment tous chanter. Ils aiment aussi écouter des chants, surtout la drôle de voix de fausset qui vient de la cuisine, le samedi matin.

Erreur lors de l’envoi du formulaire. Veillez à ce que tous les champs soient remplis correctement et réessayez.

 
1000 caractères restants

ou Annuler