Les menus de LDS.org ont changé. En apprendre davantage. fermer
Sauter le menu général
Menu Jeunes

Réfléchissez avant de vous faire tatouer

David A. Edwards Church Magazines

Vandaliser votre temple n’est pas convenable.

Les tatouages semblent devenir de plus en plus populaires et presque généralisés. En particulier, de plus en plus de personnalités semblent avoir le leur. Parfois, ces personnes parlent même de ce que les tatouages représentent et de ce qui les a conduit à en avoir. Elles les font paraître géniaux.

Alors, pourquoi les dirigeants de l’Église nous recommandent-ils de ne pas nous faire tatouer (voir Jeunes, soyez forts, 2011, p. 6-7) ? S’agit-il seulement d’une affaire de génération, de personnes âgées qui désirent que les jeunes soient davantage comme elles ?

« Non, il ne s’agit pas de cela ! » En aucune façon.

« Vous ne ferez point d’incisions dans votre chair... et vous n’imprimerez pas de figures sur vous » (Lévitique 19:28).

Comme pour tant de choses dans l’Église, la réponse est liée à une vérité fondamentale. Votre corps est un temple (voir 1 Corinthiens 3:16), et comme l’a déclaré le président Hinckley (1910-2008) : « Un tatouage est un graffiti sur le temple du corps » (« ‘Grande sera la paix de tes enfants’ », Le Liahona, janvier 2001, p. 67).

Que vous couriez des marathons ou soyez en fauteuil roulant, votre corps est un don de Dieu, une bénédiction que vous avez reçue parce que vous avez « gardé votre premier état » en tant qu’esprit avant de venir dans ce monde (voir Abraham 3:22-28). Cela signifie que vous « avez accepté [le plan de notre Père céleste] selon lequel ses enfants pourraient obtenir un corps physique et acquérir de l’expérience terrestre pour progresser vers la perfection et [...] la vie éternelle » (« La famille : déclaration au monde », Le Liahona, novembre 2010, p. 129).

David A. Bednar, du Collège des douze apôtres, a enseigné : « Le corps physique tient une place si essentielle dans le plan du bonheur et de développement spirituel du Père qu’il n’est pas surprenant que Lucifer essaie d’empêcher notre progression en nous tentant d’en faire un usage incorrect » (« Les choses telles qu’elles sont réellement », Le Liahona, juin 2010, p .24).

La plupart des gens qui ont des tatouages disent qu’ils les ont fait faire afin de s’exprimer ou de montrer leur personnalité. Ils les considèrent comme un signe d’indépendance. Quelle ironie, alors, qu’au moment où l’aiguille perce la peau pour appliquer le pigment, ils le garderont de façon permanente, quel que soit ce qu’ils ressentiront à ce sujet plus tard, à moins qu’ils ne choisissent de l’enlever par un procédé coûteux et compliqué. Le fait que les tatouages soient une dégradation permanente de votre peau (et pas simplement de l’« art corporel ») est une des raisons pour lesquelles les prophètes les déconseillent. « Si vous avez un tatouage, vous portez le rappel constant d’une erreur que vous avez faite » (Ancrés dans la foi : manuel de référence sur l’Évangile, 2005, p. 189).

Le fait de savoir ce que représente votre corps, une bénédiction, un don, un temple, vous aide à comprendre comment vous devez le traiter. Et de même que pour nos temples, il est bien plus intelligent de le respecter que de le vandaliser.

Que faire si je connais des personnes qui portent des tatouages ?

Si vous connaissez des gens ayant des tatouages, ne les jugez pas pour cela. Cela ne ferait que les éloigner. Soyez gentils, et soyez leur ami. Si le sujet des tatouages vient à être abordé, au lieu de condamner leur décision de se faire tatouer, expliquez pourquoi vous traitez votre corps de la manière dont vous le faites. En découvrant qui ils sont et le genre de cadeau que représente leur corps, ils ressentiront peut-être l’Esprit et se rapprocheront du Sauveur.

Le fait de savoir ce que représente votre corps, une bénédiction, un don, un temple, vous aide à comprendre comment vous devez le traiter.

Que faire si cela fait partie de ma culture ?

Même si les tatouages et les piercings font partie de votre tradition culturelle, vous serez béni si vous suivez les conseils des dirigeants de l’Église. Par exemple, voici ce qu’a dit un Samoan :

« Quand j’étais jeune homme, mon père m’a parlé de la pratique courante des tatouages des bandes tribales… Papa a dit : « Ne touche à rien de tout cela. Tu es enfant de Dieu avant d’être Samoan, avant d’être un grand dur des îles » C’est quelque chose dont je me suis toujours souvenu.

Nous devons parfois avoir le courage de nous détourner de ces pratiques [culturelles] et d’adhérer aux enseignements de l’Évangile de Jésus-Christ » (Morgan Sa Mataalii, « L’Évangile passe en premier », Le Liahona, juin 2011, p. 9).

À propos des tatouages

  • Les aiguilles des machines à tatouer perforent la peau de 50 à 3 000 fois par minute, laissant à chaque fois une goutte d’encre dans la peau.
  • L’encre de tatouage est placée dans le derme, à un millimètre de profondeur sous l’épiderme, là où les cellules sont plus stables, afin que l’encre y reste de manière permanente.
  • Le détatouage nécessite habituellement trois ou quatre traitements espacés chacun de huit semaines d’intervalle.
  • Le coût d’un détatouage peut aller de centaines à des milliers de dollars.
  • Parfois, des cicatrices et une décoloration persistent même après le retrait d’un tatouage.

Cet article a d’abord été publié dans le numéro de février 2014 du magazine New Era.

Erreur lors de l’envoi du formulaire. Veillez à ce que tous les champs soient remplis correctement et réessayez.

 
1000 caractères restants

ou Annuler