Le repentir

La sainte des derniers jours, Partie A, 2002


Cette leçon a pour objectif de nous aider à comprendre et à utiliser le principe du repentir.

Que signifie se repentir?

Pour chacune de nous, la vie est un voyage, et chacune de nous se dirige vers une destination éternelle. Tout au long de ce voyage, nous entendons deux voix qui nous appellent. L’une est celle du Seigneur, qui nous invite à faire le bien, l’autre est celle de Satan qui nous pousse à faire le mal. Nous sommes libres de choisir entre les deux et d’agir par nous-mêmes.

• Lisez 2 Néphi 2:16, 27–29.

Il est parfois aisé de confondre ces deux voix. Nous pouvons penser que nous agissons correctement, quand en réalité nous avons été trompées. Lorsque nous apprenons l’Evangile de Jésus-Christ, nous nous apercevons que nous n’avons pas toujours fait les meilleurs choix. Nous comprenons que nous ne sommes pas sur la bonne voie. Si nous continuons sur le mauvais chemin, lorsque nous arriverons à la fin de notre voyage, nous découvrirons que nous ne sommes pas au royaume céleste. S’éloigner de la bonne route s’appelle pécher. Corriger le cap afin de se diriger à nouveau vers le royaume céleste s’appelle se repentir.

Jésus-Christ nous a promis:

«Il arrivera que toute âme qui délaisse ses péchés, vient à moi, invoque mon nom, obéit à ma voix et garde mes commandements verra ma face et saura que je suis,

«que je suis la vraie lumière qui éclaire tout homme qui vient au monde» (D&A 93:1, 2).

«Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie» (Jean 8:12).

• Que signifie marcher dans les ténèbres? Avoir la lumière de la vie?

• Montrez l’aide visuelle 2-a, «Comme un phare dans les ténèbres, Jésus-Christ nous montre le chemin du bonheur et de la vie éternelle».

Jésus-Christ nous a montré comment retourner au royaume céleste et être avec notre Père céleste. Il est pour nous comme un phare dans l’obscurité. Quand nous sommes sur la bonne voie, nous voyageons dans la lumière (voir Jean 8:12). Nous voyons le chemin qu’il faut suivre. Quand ce n’est pas le cas, nous errons dans l’obscurité. Comme un navire qui s’est écarté de sa route et navigue près de dangereux rochers et d’eaux tourbillonnantes, nous nous exposons aux pièges du péché que Satan nous tend. Il veut nous empêcher d’atteindre notre destination. Mais une vie de péché ne nous conduira pas vers le bonheur à la fin de notre voyage. Plus nous péchons et plus Satan a de pouvoir sur nous. C’est pourquoi Jésus a dit: «Quiconque se livre au péché est esclave du péché» (Jean 8:34).

Quand nous péchons, Satan est content. Il veut nous garder sous sa coupe. Sa voix nous dit que ce que nous avons fait de mal est bien. Il nous dit que nous avions de bonnes raisons d’agir de la sorte, que nous sommes justifiées de pécher (voir 2 Néphi 28:21, 22). Il désire que nous disions que le péché n’est pas aussi grave qu’il l’est en réalité. Il sait que tant que nous nous trouvons des excuses pour pécher, nous ne nous repentirons pas complètement.

Jésus-Christ sait que Satan opère de cette façon. C’est pour cela qu’il nous a accordé sa lumière que nous appelons parfois conscience. La lumière du Christ nous aidera à faire la différence entre le bien et le mal (voir Moroni 7:15–16). La voix de l’Esprit nous pousse, nous avertit que nous devons nous repentir et revenir dans le droit chemin.

Jacob, parlant par le pouvoir de Dieu, a essayé de réveiller le peuple. Il leur a parlé de leurs péchés en ces termes:

«O mes frères bien-aimés, détournez-vous de vos péchés; secouez les chaînes de celui qui voudrait vous lier solidement; venez à ce Dieu qui est le rocher de votre salut.

«Préparez votre âme pour… le jour du jugement, afin que vous ne reculiez pas dans une crainte affreuse, afin que vous ne vous souveniez pas parfaitement de votre affreuse culpabilité et ne soyez pas contraints de vous exclamer: Saints, saints sont tes jugements… mais je connais ma culpabilité, j’ai transgressé ta loi, et mes transgressions sont miennes; et le diable m’a gagné, de sorte que je suis la proie de son affreuse misère.

«Mais voici, mes frères, est-il nécessaire que je vous fasse prendre conscience de l’affreuse réalité de ces choses? Déchirerais-je votre âme si votre esprit était pur? Serais-je clair avec vous, selon la clarté de la vérité, si vous étiez libérés du péché?

«Voici, si vous étiez saints, je vous parlerais de sainteté, mais comme vous n’êtes pas saints, et que vous me considérez comme un instructeur, il faut nécessairement que je vous enseigne les conséquences du péché» (2 Néphi 9:45–48).

Quand nous constatons l’horreur de notre péché, ou bien nous continuons à le commettre ou nous décidons courageusement d’admettre notre faute et de la corriger. Si nous continuons de pécher, Satan nous lie davantage jusqu’à ce que nous finissions par perdre tout désir de nous repentir. Quand nous choisissons de nous repentir, notre Père céleste et Jésus-Christ nous aident à surmonter nos péchés et la joie et la paix nous sont accordées.

• Lisez Alma 34:32–35. Pourquoi est-il sage de ne pas remettre son repentir à plus tard?

Nous avons tous besoin de nous repentir

• Lisez Romains 3:23.

Nous avons besoin de nous repentir de ce que nous n’aurions pas dû faire, par exemple mentir, médire ou prendre le nom du Seigneur en vain. Il faut également que nous nous repentions de ne pas avoir fait ce que nous aurions dû faire, par exemple payer la dîme, prier souvent, sanctifier le jour du sabbat, nous lier d’amitié avec une voisine ou remplir une tâche. Nous devons reconnaître l’Esprit du Seigneur qui nous incite à surmonter nos fautes et suivre ces inspirations.

Un jeune homme a rendu ce témoignage: «Je pense à toute la peine que j’ai causée à mes parents – et à moi-même – en ne comprenant pas que le péché n’apporte pas le bonheur. Après le lycée, j’ai déménagé et je me suis mis à boire, à fumer et à me droguer. Je croyais que je m’amusais bien, mais à présent je sais que j’étais vraiment malheureux.

«Un jour, j’ai réfléchi et je me suis posé la question: ‹Et si mes parents me voyaient maintenant? Que penseraient-ils?›

«C’est à ce moment-là que j’ai commencé à changer de vie… je n’aurais jamais pu y arriver sans l’aide de bons nouveaux amis et d’un évêque compréhensif, et celle du Saint-Esprit. Mais avec leur assistance, j’ai pu me repentir. Et, à présent je me rends compte combien j’étais malheureux. Je rends témoignage que le repentir et la droiture apportent le bonheur. Et je sais par expérience que le Seigneur est toujours prêt à nous aider à changer de vie, si nous voulons bien le laisser faire» (Jay A. Parry, «Miracles Today?», Ensign, janvier 1978, p. 56).

Quand nous nous repentons de nos péchés, nous nous rapprochons du bon chemin. Lorsque nous suivons la voie juste qui mène au royaume céleste, nous comprenons que toutes les lois de Dieu sont importantes. Nous ressemblons davantage à Jésus-Christ et considérons le péché de son point de vue. Nous ne pouvons considérer le péché avec le moindre degré d’indulgence (voir D&A 1:31). En d’autres termes, nous ne pouvons tolérer aucune forme de péché. Voilà notre but. Bien que nous ne soyons pas parfaits, nous devons nous souvenir de notre but et nous efforcer de l’atteindre.

• Lire Ether 12:27.

Si nous prions humblement, en demandant au Seigneur de nous montrer nos faiblesses et nos péchés, il le fera. Il nous aidera aussi à surmonter nos faiblesses par le repentir.

Le vrai repentir entraîne le pardon

Quand nous comprenons que tous nos péchés déplaisent au Seigneur, nous ressentons «la tristesse selon Dieu» (2 Corinthiens 7:10). Nous ne pouvons nous en souvenir sans éprouver une culpabilité et un regret douloureux. Ils pèsent sur nous et deviennent un lourd fardeau. Nous commençons à ressentir une petite partie de la grande tristesse qu’a éprouvée Jésus-Christ quand il a souffert et quest mort pour nous (voir Alma 36:12–13).

• Montrez l’aide visuelle 2-b, «Le Christ en prière au jardin de Getsémané».

Combien nous devrions être reconnaissantes de ne pas avoir à porter ce fardeau continuellement! Nous pouvons nous en débarrasser grâce au repentir. Comme le Christ a pour nous un grand amour il a souffert et il est mort pour nos péchés pour que nous n’ayons pas en subir toute la souffrance si nous nous repentons (voir Les Principes de l’Evangile chapitre 12, «Le sacrifice expiatoire»).

• Montrez l’aide visuelle 2-c, «Le Christ a expié pour nos péchés à condition que nous nous repentions».

Jésus a dit:

«Car voici, moi, Dieu, j’ai souffert ces choses pour tous afin qu’ils ne souffrent pas s’ils se repentent.

«Mais s’ils ne se repentent pas, ils doivent souffrir tout comme moi.

«Et ces souffrances m’ont fait trembler de douleur… et elles m’ont fait saigner à chaque pore et m’ont fait souffrir de corps et d’esprit» (D&A 19:16–18).

Nous devons suivre un certain processus pour nous repentir. Celui-ci est expliqué dans Les principes de l’Evangile, chapitre 19.

• Montrez l’aide visuelle 2-d, «Les étapes du repentir nous mènent du chagrin selon Dieu à la joie de garder les commandements».

• Discutez des sept étapes du repentir expliquées dans Les Principes de l’Evangile au chapitre 19. Si possible, permettez à plusieurs sœurs de participer. Exposez une affiche montrant la liste suivante ou montrez l’information inscrite au tableau:

  1. 1.

    Reconnaître le péché

  2. 2.

    En éprouver du chagrin

  3. 3.

    Abandonner le péché

  4. 4.

    Le confesser

  5. 5.

    Restituer

  6. 6.

    Pardonner aux autres

  7. 7.

    Garder les commandements de Dieu

Parce qu’il a payé pour nos péchés, Jésus-Christ a le pouvoir de nous pardonner. Le Sauveur nous promet que si nous nous repentons, il nous pardonnera nos péchés et ne s’en souviendra plus.

• Lisez Doctrine et Alliances 58:42.

En nous repentant, nous redevenons pures. Nous sommes en mesure de contempler ce que nous étions et de nous rappeler nos péchés, mais sans en souffrir. Au lieu de cela, nous sommes en paix. Un missionnaire a raconté une histoire qui illustre le pardon complet que chacune d’entre nous peut recevoir quand nous nous repentons sincèrement.

Une jeune fille qu’on allait baptiser, doutait que le Seigneur ait accepté son repentir pour ses péchés de jeunesse. Elle continuait à prier pour recevoir la confirmation du pardon. Juste après son baptême, elle a reçu le don du Saint-Esprit. Le missionnaire relate:

«Alors que j’avais les mains sur sa tête, et que je lui ai dit de recevoir le Saint-Esprit, j’ai senti un choc presque électrique la traverser. J’ai été surpris pendant quelques instants, puis j’ai repris mon calme et j’ai terminé la prière. Et, comme c’est la coutume dans l’Eglise, je me suis penché pour la féliciter. Elle était presque en état de choc ou de transe. Elle avait les yeux fermés et le visage baigné de larmes. Elle est restée ainsi pendant cinq minutes environ, puis, tout à coup, elle a hoché la tête, s’est levée et est partie s’asseoir à sa place.

«J’étais naturellement très intrigué par sa réaction inhabituelle pendant la confirmation; je suis donc allé lui demander des explications plus tard. Elle m’a dit qu’elle avait été envahie par le plus beau, le plus pur et le plus doux des sentiments, un esprit rafraîchissant et purificateur qu’elle n’avait jamais connu auparavant.»

Cette expérience a eu des résultats renversants. Dans les trois jours, ses traits ont complètement changé. Ils sont devenus plus raffinés et plus lisses, et son regard était plus doux. Le missionnaire ajoute:«Mon compagnon et moi avons reçu un grand témoignage en voyant comment l’Esprit du Seigneur peut changer une personne qui se repent vraiment, à la fois spirituellement et physiquement, et la transformer en quelqu’un de beaucoup plus beau. Le pouvoir purificateur du Saint-Esprit au baptême est très réel» (Margie Calhoun Jensen, When Faith Writes the Story, pp. 18–19).

C’est là une anecdote spectaculaire concernant le pouvoir purificateur du Saint-Esprit. Peu d’entre nous aurons une telle expérience, mais nous pouvons toutes ressentir la même douceur et la même pureté.

Conclusion

Nous utilisons le principe du repentir tout au long de notre vie pour nous débarrasser de nos péchés et diriger notre vie vers le royaume céleste. C’est une grande bénédiction de savoir que lorsque nous nous sommes réellement repenties le Seigneur nous pardonne et ne se souvient plus de nos péchés.

Tâche

Faites un examen de conscience pendant la semaine prochaine pour voir comment vous pouvez vous repentir. Lisez Mosiah, chapitre 27 et Alma, chapitre 36. Revoyez le chapitre 19 des Principes de l’Evangile.

Ecritures supplémentaires

  • 2 Corinthiens 7:8–11 (la tristesse selon Dieu entraîne le repentir)

  • 1 Jean 1:8, 9 (tout le monde pèche)

  • Enos 1:1–10 (les péchés sont pardonnés grâce à la foi)

  • Mosiah 26:29–31 (confesser les péchés et se pardonner l’un l’autre)

  • D&A 42:18–29 (garder les commandements)

Préparation pédagogique

Avant de donner cette leçon:

  1. 1.

    Etudiez le chapitre 12 des Principes de l’Evangile, «Le sacrifice expiatoire», et le chapitre 19, «Le repentir».

  2. 2.

    Etudiez Mosiah 27 et Alma 36.

  3. 3.

    Préparez l’affiche suggérée dans la leçon ou inscrivez les informations au tableau.

  4. 4.

    Demandez à des élèves de présenter des histoires, des Ecritures ou des citations de votre choix.