La femme et la prêtrise

La sainte des derniers jours, Partie A, 2002


Cette leçon a pour objectif de nous aider à comprendre comment la prêtrise peut nous aider, nous, les femmes.

La prêtrise apporte des bienfaits à tous les membres de l’Eglise

«La prêtrise est… le pouvoir de Dieu délégué à l’homme par lequel il peut agir sur terre pour le salut de la famille humaine» (Joseph F. Smith, Gospel Doctrine, 5e édition 1939, p. 139). Le Seigneur a confié aux hommes la responsabilité majeure de gouverner et de présider les affaires de l’Eglise et la famille. Ils doivent en retour utiliser ce pouvoir sacré pour le bien de tous les membres de l’Eglise – hommes, femmes et enfants. Brigham Young a dit:

«La prêtrise doit être utilisée pour le bénéfice de toute la famille humaine, pour l’édification des hommes, des femmes et des enfants. Il n’y a pas en effet de classe ou de sexe privilégié dans la véritable église du Christ… Les hommes ont leur œuvre à accomplir et leurs pouvoirs à exercer pour le profit de tous les membres de l’Eglise…

«Il en est de même de la femme: ses dons spécifiques doivent être exercés pour le bénéfice et l’édification du genre humain» (cité par John A. Widtsoe, dans Priesthood and Church Government, édition révisée, 1954, p. 92, 93).

L’homme et la femme ont des responsabilités différentes mais d’importance égale au foyer et dans l’Eglise. Le pouvoir de la prêtrise peut aider chaque personne à s’acquitter de ses responsabilités pour le bénéfice de tous.

Grâce au pouvoir de la prêtrise sur terre aujourd’hui, de grandes bénédictions sont à la disposition de tous les membres dignes de l’Eglise, qu’ils soient jeunes ou vieux, hommes ou femmes, célibataires ou mariés.

• Qu’est-ce que les femmes peuvent faire pour honorer la prêtrise?

Dans la section «Ordonnances de la prêtrise» de la leçon 12, il est question de beaucoup de bénédictions de la prêtrise.

John A. Widtsoe a expliqué d’autres avantages de la prêtrise:

«Les hommes n’ont pas plus de droits que les femmes sur les bénédictions qui découlent de la prêtrise et du fait de la détenir…

«L’homme détient la prêtrise, remplit ses devoirs de prêtrise dans l’Eglise, mais sa femme bénéficie avec lui de chaque privilège qui découle de la possession de la prêtrise. Ceci est clair, par exemple, dans la cérémonie du temple dans l’Eglise. Les ordonnances du temple sont du ressort de la prêtrise, mais les femmes ont accès à toutes les bénédictions, et les plus hautes bénédictions du temple sont seulement conférées à l’homme et la femme ensemble» (Priesthood and Church Government, 1965, p. 83).

Bruce R. McConkie à expliqué le rôle de partenaire de la femme dans la prêtrise: «Dans l’ordre patriarcal véritable, l’homme détient la prêtrise et est le chef du foyer…mais il ne peut atteindre une plénitude de joie ici ou éternellement s’il est seul. La femme se tient à ses côtés comme co-héritière avec lui de la plénitude de toutes choses. L’exaltation et l’accroissement éternel lui sont réservées autant qu’à son mari (D&A 131:1–4). La divinité n’est pas pour l’homme seulement; elle est pour l’homme et la femme unis (D&A 132:19, 20) (Mormon Doctrine, 2e édition, 1966, p. 844).

• Quelles bénédictions avez-vous reçues grâce à la prêtrise?

Chaque membre doit honorer et soutenir la prêtrise

De même que chacun dans l’Eglise reçoit des bénédictions grâce à la prêtrise, de même chacun est responsable de l’honorer et la soutenir. Il est rappelé continuellement aux détenteurs de la prêtrise «que les droits de la prêtrise sont inséparablement liés aux pouvoirs du ciel et que les pouvoirs du ciel ne peuvent être maîtrisés ou utilisés que selon les principes de la justice» (D&A 121:36). Il est aussi recommandé aux femmes d’honorer la prêtrise, d’être reconnaissantes de son pouvoir et de montrer du respect à ceux qui la détiennent. Nous sommes aussi responsables de soutenir la prêtrise. Soutenir signifie «aider, appuyer, encourager… affirmer, faire valoir en appuyant par des raisons, son opinion, ses droits…» (Petit Robert Dictionnaire de la langue française, 1991, «Soutenir», p. 1849).

Plusieurs manières dont nous pouvons soutenir la prêtrise sont suggérées dans les Ecritures suivantes:

• Montrez une affiche de la liste suivante ou montrez les informations au tableau. Après la lecture de chaque Ecriture, demandez aux sœurs d’écouter des suggestions qui les aideront à honorer la prêtrise. Notez les suggestions à côté de chaque référence.

Doctrine et Alliances

  • 19:23: apprenez de Jésus-Christ, écoutez sa parole, marchez dans l’humilité de son Esprit

  • 20:33: prenez garde, priez toujours

  • 58:26, 27: œuvrez avec zèle à une bonne cause

  • 64: 33, 34: ne vous lassez pas de bien faire

La relation de la femme avec la direction de la prêtrise au foyer

La responsabilité de présider et diriger le foyer incombe au mari. Dans un manuel de collège de la Prêtrise de Melchisédek nous avons l’explication suivante:

«Dans la perspective de l’Evangile, diriger ne veut pas dire dictature, commandement et ordre militaire. Au contraire cela signifie guider, protéger, montrer la voie, montrer l’exemple, apporter un sentiment de sécurité, inspirer et créer le désir de soutenir et de suivre. Littéralement, le mari doit marcher devant» (Le Sauveur, la prêtrise et vous, Guide d’étude de la prêtrise de Melchisédek, 1973, 1974, p. 172).

Bien que le père soit le dirigeant du foyer, «son épouse est sa meilleure compagne, sa meilleure partenaire et sa meilleure conseillère» (Family Guidebook, 1999, p. 2). Mari et femme doivent travailler ensemble pour renforcer leur famille et enseigner à leurs enfants les principes de l’Evangile. En remplissant son rôle de conseillère, la femme peut renforcer la position de son mari à la tête du foyer et encourager une plus grande unité familiale.

Nous honorons aussi la prêtrise quand nous traitons notre mari avec la même gentillesse, la même douceur et le même amour qu’il devrait montrer en tant que détenteur de la prêtrise. Joseph Smith, le prophète, a conseillé à la Société de Secours d’«enseigner aux femmes le comportement qu’elles doivent avoir envers les hommes, de les traiter avec douceur et affection. Quand un homme est accablé par les problèmes, quand il est embarrassé par les soucis et la difficulté, s’il peut voir un sourire plutôt qu’une réflexion ou une critique – s’il peut l’accepter avec gentillesse, cela apaisera son âme et le tranquillisera; quand son esprit se tourne vers le désespoir, il a besoin de la consolation qu’apportent l’affection et la gentillesse» (History of the Church, 4:606, 607).

La confiance et l’unité peuvent se trouver dans un foyer où le mari et la femme cherchent tous deux sincèrement l’intérêt et le bonheur de l’autre. Dans un tel contexte, ils auront tous les deux de la joie dans leur couple et chacun pourra ainsi se réaliser.

Le rôle de l’épouse et sa relation avec la prêtrise sont expliqués dans une révélation donnée à Emma Smith, femme de Joseph, le prophète. Le Seigneur lui a dit:

«Tu es une dame élue que j’ai appelée…

«L’office de ton appel sera de réconforter mon serviteur Joseph Smith, fils, ton mari, dans ses afflictions, par des paroles de consolation…

«Persévère dans l’esprit d’humilité et prends garde à l’orgueil. Que ton âme se réjouisse de ton mari et de la gloire qui viendra sur lui.

«Garde continuellement mes commandements, et tu recevras une couronne de justice» (D&A 25:3–5, 14–15).

• Qu’était-il demandé à Emma de faire pour son mari? Quelles bénédictions pouvons nous recevoir aujourd’hui si nous suivons ce même conseil?

Soutien des détenteurs de la prêtrise au foyer

En tant que femme dans l’Eglise, nous pouvons avoir une grande influence sur les détenteurs de la prêtrise dans notre foyer. Nous pouvons soutenir et encourager notre mari, notre père, nos frères et nos fils à remplir leurs devoirs de la prêtrise. Si nous demandons une bénédiction et ensuite honorons cette bénédiction, alors nous communiquons notre soutien de la prêtrise. Nous pouvons aussi renforcer les détenteurs de la prêtrise dans notre foyer en priant pour eux. Joseph Smith, le prophète, a récommandé aux femmes de l’Eglise de «concentrer leur foi et leurs prières sur leurs maris et de leur faire confiance… afin d’offrir leur bras et de les soutenir par leurs prières» (History of the Church, 4:604–605).

Nous devons continuellement nous efforcer de perfectionner notre personnalité et de nous acquitter de nos responsabilités. Nous pouvons aussi avoir besoin d’encourager et de gentiment rappeler aux détenteurs de la prêtrise de notre foyer d’honorer et de remplir diligemment leurs appels dans la prêtrise. Les jeunes filles ainsi que les mères peuvent faire beaucoup pour encourager les jeunes gens à assister aux réunions et à se préparer à partir en mission. David B. Haight a dit: «Jeunes filles, vous avez une influence profonde sur l’attitude des jeunes gens…Votre influence sur les jeunes gens est importante. Vous encouragez le respect des normes de l’Eglise, ainsi que dans la façon de se vêtir et de se conduire» (Conference Report, octobre 1977, p. 85; ou L’Etoile, décembre 1977, pp. 56, 57).

Quand une femme a une attitude positive envers les devoirs de son mari dans l’Eglise, cela lui facilite la tâche pour s’acquitter de ses responsabilités. L’attitude de la femme indique aussi à leurs enfants qu’avoir la prêtrise à la maison est une grande bénédiction.

• Comment une femme peut-elle organiser ses activités quotidiennes pour qu’elle puisse mieux soutenir son mari dans ses devoirs de prêtrise?

La relation de la femme avec les détenteurs de la prêtrise dans l’Eglise

De même qu’une femme juste peut exercer une grande influence bénéfique en soutenant les détenteurs de la prêtrise dans son foyer, de même elle peut aussi renforcer l’Eglise quand elle soutient les dirigeants de sa branche, de sa paroisse, de son district ou de son pieu. Nous soutenons les dirigeants lorsque nous acceptons volontiers des appels dans l’Eglise et nous acquittons de nos responsabilités avec foi, en étant conscientes qu’un appel de la prêtrise est un appel du Seigneur. Nous pouvons honorer les conseils des dirigeants de la prêtrise – notre mari, nos instructeurs au foyer, notre évêque ou président de branche, nos dirigeants de pieu ou de district ainsi que les Autorités générales. Nous devons nous abstenir de critiquer les dirigeants de la prêtrise et enseigner à nos enfants à faire de même. Soutenir et appuyer la prêtrise va plus loin que lever la main ou dire que nous soutenons la prêtrise. C’est apprendre, prier, obéir et servir pour une bonne cause.

Le Seigneur a chargé les dirigeants de la prêtrise de tracer la route à suivre, sous sa direction. Notre responsabilité est donc d’écouter et de mettre en pratique les conseils justes comme s’ils venaient du Seigneur. «Et tout ce qu’ils [les dirigeants de la prêtrise] diront sous l’inspiration du Saint-Esprit… sera la volonté du Seigneur, sera l’avis du Seigneur, sera la parole du Seigneur… et le pouvoir de Dieu pour le salut» (D&A 68:4).

Quand Harold B. Lee était président du Collège des douze, il a donné à tous les membres de l’Eglise le conseil suivant concernant le soutien aux dirigeants de prêtrise et en particulier au prophète: «Nous devons apprendre à mettre en pratique les paroles et commandements que le Seigneur donnera par l’intermédiaire de ses prophètes, à mesure qu’ils les reçoivent, marchant en toute sainteté devant lui, en toute patience et avec une foi absolue, comme si elle sortait de sa propre bouche (voir D&A 21:4–5). Certaines choses demanderont de la patience et de la foi. Vous n’aimerez peut-être pas ce qui vient des autorités de l’Eglise. Cela pourra contredire vos idées politiques, votre vision du monde social. Cela pourra interférer avec votre vie sociale. Mais si vous écoutez ces choses, comme si elles sortaient directement de la bouche du Seigneur, avec patience et foi, la promesse est que les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre vous, et que le Seigneur Dieu dispersera les pouvoirs des ténèbres devant vous et ébranlera les cieux pour votre bien et pour la gloire de son nom» (voir D&A 21:6) (Conference Report, octobre 1970, p. 152 ou Improvement Era, décembre 1970, p. 126).

Conclusion

La prêtrise est une grande bénédiction donnée par Dieu à tous ses enfants. Chaque membre de l’Eglise doit honorer la prêtrise et acquérir les attributs du Christ dans ses relations avec autrui au foyer et dans l’Eglise. Les femmes qui essayent d’acquérir ces qualités peuvent renforcer les détenteurs de la prêtrise et bénir leur famille et l’Eglise. Le bonheur et l’influence de la femme augmenteront au fur et à mesure qu’elle honorera et suivra ses dirigeants de la prêtrise.

Tâche

Utilisez cette leçon pour augmenter votre compréhension du rôle de la prêtrise dans votre famille.

Ecritures supplémentaires

  • 1 Corinthiens 11:3, 8–12 (relation de l’homme et de la femme)

  • Colossiens 3:18–24 (aimez-vous les uns les autres)

  • 1 Pierre 3:5–7 (honorez-vous réciproquement)

Préparation pédagogique

Avant de donner cette leçon:

  1. 1.

    Relisez la leçon 12 de ce manuel, «Ordonnances de la prêtrise».

  2. 2.

    Préparez l’affiche suggérée dans la leçon ou inscrivez les informations au tableau.

  3. 3.

    Demandez à des élèves de présenter des histoires, des Ecritures ou des citations de votre choix.